Le calme

Lors d’une réservation, les futurs vacanciers me posent la question du bruit éventuel autour de la Grange ce qui est une préoccupation bien normale pour préparer des vacances. Je pense que le mieux pour en parler est de vous décrire le petit monde du jour et de la nuit qui fréquente notre jardin.

Bien sûr, tout d’abord, les oiseaux qui hiver comme été viennent chercher leur nourriture à proximité : Mésanges charbonnières, chardonnerets, rouge-queues, bergeronnettes. Certains résident en permanence comme les merles, les faucons crécerelle, les pics (verts et épeiche) d’autre comme les étourneaux, les grives ou la huppe ne font que des passages saisonniers. Au printemps le chant du coucou est souvent perceptible au loin. Une chouette niche dans l’abri constitué par les pans de toiture qui se rejoignent au dessus de la poutre maîtresse. Au matin, sa présence est signalée par les pelotes (petites boules de poils) qu’elle régurgite après avoir avalé ses proies.

Nous avons le plaisir d’avoir un couple de lapins de garenne qui a élu domicile sous la terrasse pour se mettre à l’abri du renard toujours à la recherche d’une occasion. Leur toilette du matin et leurs jeux le soir nous enchantent quasiment chaque jour. Quant au renard, s’il est principalement nocturne il nous offre quelquefois en hiver son spectacle : Sur la neige, il reste à l’arrêt pour localiser le bruit infime des campagnols qui cheminent eux dans des galeries sous la neige pour trouver brins d’herbe et graines sur le sol. Lorsque le renard estime que la proie est à portée, il effectue un saut carpé d’abord vers le haut puis plonge museau en avant afin de percer en aveugle le manteau neigeux pour s’en saisir. 

Enfin, des visiteurs plus rares viennent quelque fois enchanter les nuits. Au cœur de l’hiver les cerfs et biches sont à la recherche d’herbe facilement accessible. Le versant en face de la Grange où ils résident est exposé au nord et donc couvert d’un épaisse couche de neige. Par contre, notre terrain, exposé plein sud est recouvert d’une couche plus mince et même est légèrement découvert à proximité immédiate de la maison. En fin d’hiver, même, commence à pousser en bordure de la terrasse de l’herbe nouvelle, un vrai régal. Cerfs et biches, traversent donc l’Ubaye et remontent sur notre versant pour en profiter. Il m’est même arrivé une nuit d’être réveillé par le bruit des bois d’un superbe cerf qui pour déguster l’herbe nouvelle faisait taper sa ramure sur le bord de la terrasse. Un réveil que l’on ne regrette pas : cerfs et biches à portée de main, dans la neige et sous la lumière de la lune.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :